Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > Les sites STMicro > Montrouge > Montrouge (ex-STE) > STMicroelectronics/ST-Ericsson Montrouge en danger : attention à l’effet (...)

STMicroelectronics/ST-Ericsson Montrouge en danger : attention à l’effet boule de neige

jeudi 29 septembre 2011, par Bureau National CAD-ST

Nouvelle fuite "calibrée" de la Direction ou vraie fuite des syndicats ?

Que la rumeur de cession d’une activité à une entreprise spécifique telle que citée dans le figaro soit vraie ou fausse importe peu. Le fait que l’équipe "Symbian" puisse être (entre autre) la cible de la restructuration était connu (Dernier update : le nom de la société en question a été retiré du titre de l’article du Figaro !). Nous l’avons dénoncé en CCE et dans un article sur notre site (La cible Montrouge ?). Un tract était d’ailleurs prévu la semaine dernière sur le sujet.

MAIS ATTENTION DANGER !
Les salariés de STE et de STM Montrouge doivent prendre conscience des problèmes de masse critique et de l’effet boule de neige : après Numonyx et après le nombre de départs important dans le PDV1 et le PDV2, le départ d’une équipe complète des effectifs de STM/STE Montrouge pourrait entrainer à sa suite l’ensemble du site.

 Sur la forme de l’information publiée dans la presse

Le figaro publie un article selon lequel ST-Ericsson voudrait céder à une autre entreprise son activité "Symbian" à Montrouge.

Nous sommes très surpris de retrouver une telle information dans la presse même si celle-ci est crédible. Cette "rumeur" nous était en effet parvenue et elle a été largement évoquée lors de l’assemblée générale du 21 septembre 2011 organisée par l’un des syndicats du site.

A noter que nous avions prévu ce jour là de faire une distribution de tracts pour alerter les salariés STE et STM sur la situation et aussi de faire une annonce, mais nous avons annulé ces actions par "diplomatie syndicale". A suivre la semaine prochaine.

Concernant cette "fuite", il y a quatre hypothèses :

  1. la fuite vient de la Direction. C’est alors ce que nous dénonçons depuis plusieurs semaines : une nouvelle "fuite calibrée" pour permettre à la Direction de faire une réorganisation ciblée au travers du nouveau Plan de Départs soit-disant Volontaires
  2. la rumeur est fausse et la fuite vient des syndicats. Alors cela a au moins l’intérêt de mettre les projecteurs sur les problèmes de cette équipe auquel le management international a fait passer le message qu’elle n’avait aucun avenir
  3. la rumeur est vraie, la fuite vient des syndicats et les salariés n’ont pas intérêt à ce que cela se fasse. L’ébruiter risque de faire capoter l’opération et ce n’est alors pas forcément une mauvaise chose
  4. la rumeur est vraie, la fuite vient des syndicats et les salariés de l’équipe ont intérêt à ce que cela se fasse. L’ébruiter risque de faire capoter l’opération et c’est alors une très mauvaise chose

Ainsi des questions se posent :
- Cette rumeur est-elle vraie ou fausse ?
- Avoir communiquer sur le sujet risque-t-il de faire capoter l’éventuelle opération ?
- Cette opération serait-elle bénéfique ou préjudiciable aux salariés de cette équipe ?
- En cas de départ de cette équipe, quelle est le risque réelle pour le reste des salariés de ST-Ericsson et même de STMicroelectronics à Montrouge ?

Tout cela pour en arriver à la conclusion que sans pouvoir avoir de réponses claires à ces questions, nous ne pensons pas qu’un syndicat responsable ait pu être la source d’une telle fuite.
A noter que cette fois l’information n’est pas signé... si ce n’est pas la Direction ni les syndicats qui communiquent d’habitude, alors qui ? Bizarre...

Dernier update : finalement le nom de la société en question a été retiré du titre de l’article du Figaro !

 Sur le contexte de la réorganisation en cours

Nous avons largement dénoncé les "fuites calibrés" sur l’ensemble des sites de ST-Ericsson en France qui permettent à la Direction de faire une réorganisation ciblée sans l’avouer, et en excluant par avance le site de Grenoble.

Mais nous ne comprenons pas du tout ce qu’il se passe en central.

Pour une fois qu’un plan de départ n’avait pas de minimum, un accord aurait dû être signé !
Ne serait-ce que pour garantir aux candidats du PDV3 un traitement au moins aussi équitable que les candidats au PDV2, plutôt qu’un plan unilatéral de la direction sans aucune garantie. Par ailleurs, c’est ensuite aux syndicats d’agir avec force au niveau politique pour que ce minimum à 0 soit quasiment le chiffre final. C’est ce que nous essayons de faire au travers de la mise en lumière que nous donnons aux tractations relatives à NANO2012.

Par ailleurs, la situation n’est pas du tout celle du PDV2 :
- une restructuration est en cours et devrait prochainement être annoncée. Elle pourrait entre autre affectée les MODEMs
- certains groupes comme l’équipe "Symbian" de Montrouge sont laissés sans aucune perspective d’avenir (arrêt programmé des projets)
- faute d’une organisation efficace, toute nouvelle réduction d’effectifs met en danger l’exécution correcte dans les temps des projets et elle affecte donc la pérennité de l’entreprise ST-Ericsson
tous ces faits ont été dénoncés en CCE mais les élus n’ont pas souhaité déclencher d’expertise économique comme ils le devraient en pareil cas.

Quand au volet social, il a été bâclé en deux fois quarante minutes (voir notre article) et seuls les élus UNSA et FO ont refusé de donner un avis alors que la Direction a refusé de prendre nos questions, qu’aucun "critère objectif" n’a été défini et que nous avions enfin l’occasion de savoir "quels groupes et quelles compétences sont considérés comme stratégiques par l’entreprise".

Face à une telle attitude et à un tel passage en force de la Direction, nous avons pris nos responsabilités en saisissant les DIRRECTE (ex-inspections du travail) des sites de Grenoble, Le Mans, Montrouge, Rennes et Sophia-anipolis.
Une action plus spécifique devrait aussi bientôt avoir lieu.

 Sur le fond en ce qui concerne les salariés de l’équipe

  • D’ores et déjà les élus du CE et/ou la Direction du site de Montrouge n’ont-ils pas intérêt à déclencher l’accord CGESPP pour faciliter les reclassements internes plutôt que de pousser les salariés de l’équipe vers la sortie ?
  • Cet accord hérité des STE ex-NXP est-il applicable à des STE ex-STM ? Si tel n’est pas le cas, la signature d’un simple avenant local le permettrait.
  • Si l’opération publiée dans le figaro s’avérait vraie, quelle forme cela prendrait-t-il ? Un simple contrat avec l’entreprise mentionnée et des transferts "volontaires" grâce au PDV3 ne semblent pas très légaux... mais tout peut se discuter...
  • Comment agir afin d’obtenir des garanties pour les salariés éventuellement transférés ?
  • Si cette opération ne se fait pas et que le management international continue a ne présenter aucun futur projet, comment obtenir des réponses sur le futur de cette équipe ?

Les salariés de l’équipe "Symbian" ont plutôt intérêt à s’organiser et à être prêt à agir "avec énergie" de manière collective, comme leur a conseillé un leader syndical national. Le cas échéant leur avenir peut en dépendre.

 Sur le reste du site de STE et de STM Montrouge

Si les salariés de l’équipe "Symbian" se mobilisent, de manière très classique les autres salariés risquent d’en être assez mécontent. Mais même dans une société de plus en plus individualiste comme la notre, chacun doit comprendre l’intérêt de l’action collective. Chacun doit se poser la question, si j’étais dans leur cas, est-ce que je n’apprécierais pas d’avoir le soutient des autres salariés du site ? Est-ce que cela n’augmentera pas mes chances d’une sortie positive ?

Mais même en étant égoïste, les autres salariés du site de STE et de STM Montrouge doivent prendre conscience des problèmes de masse critique et de l’effet boule de neige. En effet, après Numonyx et après le nombre de départs important dans le PDV1 et le PDV2, le départ d’une équipe complète des effectifs de STM/STE Montrouge pourrait entrainer à sa suite l’ensemble du site.

En fin de compte,
- le site de STE a déjà bien réduit ses effectifs ce qui est dangereux dans une entreprise comme STE qui est en perpétuelle réorganisation.
- Si l’équipe "Symbian" venait d’une manière ou d’une autre à ne plus être dans les effectifs ou si le PDV3 a trop de succès, alors le site de STE Montrouge en deviendrait plus petit que STE Rennes et donc le plus petit site de France : ce n’est vraiment pas une bonne chose !
- de plus, si cette équipe disparait il ne resterait plus dans STE Montrouge que des équipes de petites tailles
- et si STE Montrouge venait à disparaitre (de manière plus ou moins douce), le reste du site STM resterait-il pérenne alors que son coût au mètre carré est l’un des plus élevé de France, qu’une partie des effectifs sont des expats qui peuvent être localisés sur n’importe qu’elle site, qu’une autre partie du site sont des commerciaux très mal considérés dans ST (une des pires politiques salariales du domaine) et que de part leurs déplacements fréquents ils sont vus comme re-localisable n’importe où (ce qui pour la plupart d’entre eux est en faite une aberration).

Dans une telle affaire l’implication des élus au CE et de vos représentants syndicaux est primordiale et les salariés doivent leurs demander des comptes.
En tant que syndicat moderne et progressiste, nous croyons aux vertus du DIALOGUE, et ceux qui sont en charge (y compris les chefs d’équipe) doivent tout faire pour arriver à une solution concertée.
Mais dans une entreprise où le dialogue sociale est plutôt du type "guerrier" et où la Direction ne jure que par le dialogue social mais dans les faites n’agit que lorsqu’il y a un vrai rapport de force, les salariés doivent être près à agir "avec énergie". D’ailleurs souvent le simple fait de parler de manière crédible d’actions collectives suffit à ce qu’un vrai dialogue soit réellement ré-ouvert et pas seulement en façade ( ;) ).

Quelque soit la tournure des évènements, n’hésitez pas à nous solliciter pour que nous vous aidions !

 Publicité

 Retrouvez-nous sur Twitter

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose