Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > Revue de Presse > Le gouvernement Italien lache STMicroelectronics

Le gouvernement Italien lache STMicroelectronics

jeudi 13 février 2014

L’annonce n’a pour l’instant pas fait grand bruit dans les coursives, mais le ministre de l’économie du gouvernement italien, Fabrizio Saccomanni, a annoncé ce mercredi que l’Italie va vendre ses participations dans plusieurs compagnies et entre autres ses participations dans STMicroelectronics.

D’après le site de nouvelles "Malta Independant Online", il s’agirait de quasiment toute sa participation (13% sur les 13.7% que possède l’Italie) ce qui d’après "Electronics Weekly" lui rapporterait environ un milliards de dollars sur les 2 milliards de revenus escomptés par la vente de ces participations diverses.

L’autre grosse opération est la vente des participations de l’état Italien dans le groupe pétrolier ENI.

La grande inconnue reste la réaction du gouvernement français qui détient aussi 13.8% de STMicroelectronics :
  1. Vendre aussi ses participations dans ST, ce qui serait évidemment une catastrophe industrielle et sociale très rapide. En effet seuls les fonds spéculatifs ou bien les "PRIVATE EQUITY" (qui ont l’habitude de faire des reventes par appartement et du LBO) ont les moyens de racheter ces participations.
  2. Ne rien faire, et alors avec la réduction globale de la part des fonds structurants (ou étatiques), l’emprise de la finance sur ST deviendrait encore plus prégnante. Un scenario de scission entre les différentes activités de ST deviendrait de plus en plus probable
  3. Ou bien racheter les participations de l’Italie, ce qu’évidement toutes les organisations françaises souhaitent et qui serait enfin un engagement de la France très fort dans le domaine des semi conducteurs, qui est stratégiquement au moins aussi important que le domaine de l’aviation.

Hélas la conjoncture et l’état des finances de l’état français nous laissent assez pessimistes sur cette dernière option.

Quel autre industriel pourrait alors être intéressé par ces participations ?

Peut-être les mêmes candidats qui seraient potentiellement intéressés par les fabs d’IBM (voir l’article IBM abandonnerait ses fabs, quel impact pour ST ?).

A SUIVRE... DE PRES !

UPDATE :

 Publicité

 Retrouvez-nous sur Twitter

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose