Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > Les sites STMicro > Crolles 1 > Encore du chômage partiel à STMicroelectronics Crolles

Encore du chômage partiel à STMicroelectronics Crolles

dimanche 15 janvier 2012, par Bureau National CAD-ST

Suite à la réunion extraordinaire du Comité d’Etablissement du jeudi 12 janvier 2012 portant sur un "projet de mesures sur l’emploi consécutives à la baisse du plan de charge de l’unité Crolles 200", la Direction annonce une semaine de chômage partiel pour la fab en semaine 9 et impose la 5ème semaine en semaine 8 (fermeture du site).

Les 3 syndicats représentatifs du site (dont ne fait pas partie l’UNSA, pour l’instant) ont rendu publique l’avis unanime rendu par le CE

Avis unanime du CE : défavorable !

Une nouvelle fois la direction présente un projet qui n’est pas amendable (incluant 1 semaine de fermeture du site en CP5 pour tout le site + 1 semaine de chômage partiel pour le périmètre fab) :

  1. Aucune flexibilité de poser la CP5 en semaine 7 ou 8
  2. Réponse négative à la proposition de formation interne en lieu et place du chômage

A toutes les demandes que le CE a adressé à la direction, la direction a pris note mais n’a donné aucun retour :

  1. Elargir le périmètre de la prime industrielle à tout le personnel dans le périmètre du chômage
  2. Paiement du chômage à 100%
  3. Assouplissement des conditions d’accès au DIF

Le CE dénonce :

  1. La pression faite par la direction aux salariés, se trouvant dans le périmètre du chômage, de poser en plus 1 semaine CPP faute de quoi il y aurait du chômage supplémentaire.
  2. L’imposition de la CP5 à tout le site, retarde sciemment les programmes R&D alors que M. Bozotti à l’Assemblée Nationale en décembre clamait l’importance de la R&D.
  3. Le maintien de la distribution des dividendes prévue pour février 2012 en même temps que le chômage (à hauteur de l’ordre de 80 millions $ alors que l’économie liée au personnel mis au chômage est de l’ordre de 500 mille $)

Pour conclure, seul le facteur financier court-terme est pris en compte. Les mesures d’économies et de sauvegarde nécessaires ne sont pas distribuées de façon équitable entre tous. Les demandes et le discours ne sont pas cohérents pour nombre d’entre nous. Le ressenti est très négatif dans toutes les catégories et cela démotive les salariés.

Remarque UNSA

- Pour mettre en œuvre certaines décisions la Direction doit au préalable informer et consulter le CE
- Pour qu’une consultation soit valable il faut que l’employeur ait répondu à toutes les observations des élus au CE
- Cela ne semble pas être le cas ici ("La Direction a pris note" ...)

 Publicité

 Retrouvez-nous sur Twitter

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose