Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > == Le Syndicat == > UNSA - UR PACA

UNSA - UR PACA

UNSA, UR, Provence, Alpes Côte d’Azur, syndicat autonome, syndicats autonomes, union des syndicats autonomes, créer un syndicat autonome, section syndicale, syndicat, autonome,

http://paca.unsa.org/

Articles

  • Code du travail : l’Unsa-ferroviaire appelle les cheminots à la grève jeudi 21 Septembre

    19 septembre, par paca

    L'Unsa-ferroviaire, deuxième syndicat à la SNCF, a appelé lundi les cheminots à se mobiliser jeudi, par la grève et les manifestations, contre la réforme du Code du travail, rejoignant les appels de la CGT et Sud.

    Le syndicat ne s'était pas associé à la première journée de mobilisation, le 12 septembre, décidée avant la publication par le gouvernement de son projet d'ordonnances.

    "En responsabilité, la signature des ordonnances étant prévue le 22 septembre, l'Unsa-Ferroviaire appelle à riposter en s'inscrivant dans la mobilisation sous toutes ses formes (grève, manifestation...) pour la journée du jeudi 21 septembre afin de peser sur les futurs décrets", annonce-elle dans un communiqué.

    Le syndicat redoute "l'émergence d'un dialogue social à sens unique et sous contrainte qui sera générateur de conflits et de régressions sociales".

    Il cite "la diminution du nombre de représentants des salarié-es (...) avec un probable alignement par le bas des moyens dévolus" et la limitation à trois mandats successifs pour les délégués, qui "induira une perte de compétences". Autre grief soulevé: "la clause de mobilité pourra être décidée par accord d'entreprise sans que la loi ne fixe de limite géographique ni d'obligation de prendre en compte la situation familiale".

    Cette clause, inscrite dans le contrat de travail du salarié, entraîne son acceptation par avance d'une éventuelle mutation future sous certaines conditions.

    Le 12 septembre, le trafic SNCF avait été perturbé, avec entre 50 et 80% des trains en circulation sur les lignes de banlieue parisienne.

    La CGT-Cheminots (1er syndicat), qui appelait à la grève avec Sud-rail (3e syndicat), FO et First (non représentatifs), a recensé ce jour-là "21% de grévistes" tous collèges confondus, un chiffre inférieur selon la SNCF, qui n'a pas voulu donner plus de précision.

    Source : AFP

  • Ouragan Irma : avec Solidarité Laïque, soutien aux populations affectées des Antilles

    15 septembre, par paca

    Après le passage dévastateur de l’ouragan Irma sur les Antilles, touchant particulièrement les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, l'UNSA s'associe à Solidarité Laïque, pour se mobiliser et soutenir les populations affectées.

    Cette mobilisation permettra notamment de soutenir : • Les familles, adultes et enfants pour les besoins de première nécessité (hébergement, soins, nourriture, habillement, soutien psychologique…).

    • Les structures éducatives (écoles, foyers d’enfants…) touchées qui nécessiteront des rénovations, le remplacement du matériel et un soutien aux activités pédagogiques.

    Pour faire un don : http://www.solidarite-laique.org/je-milite/ouragan-irma-soutien-aux-populations-affectees-des-antilles/

  • PPCR : tous les agents doivent bénéficier des avancées prévues

    15 septembre, par paca

    L’UNSA-Fonction publique a écrit au ministre de l’Action et des Comptes publics pour lui demander expressément la publication de tous les textes de mise en œuvre du protocole PPCR (Parcours Professionnels Carrière et Rémunération).

    En effet, sans une publication rapide au Journal officiel, les agents des corps concernés ne pourront pas bénéficier de l’application des dispositifs d’amélioration de leur carrière prévus dans le protocole en 2017.

    L’UNSA Fonction publique estime que dans le cadre de la continuité de l’Etat, les engagements pris doivent être tenus.

  • Confirmation de la date des élections professionnelles dans la Fonction publique : 6 décembre 2018

    15 septembre, par paca

    Les agents des trois versants de la Fonction publique – État, territoriale et hospitalière- seront appelés à désigner leurs représentants dans les instances de concertation de la Fonction publique le jeudi 6 décembre 2018.

    Pour en savoir plus : |http://www.unsa-fp.org/?Confirmation-les-elections-professionnelles-fixees-le-6-decembre-2018]

  • Fonction publique : mobilisé.e.s le mardi 10 octobre

    15 septembre, par paca

    Depuis l'arrivée du nouveau gouvernement, les mesures négatives s'accumulent pour les agent.e.s de la Fonction publique : gel de la valeur du point indice, rétablissement de la journée de carence, perspective de 120 000 suppressions d'emplois sur les 3 versants de la Fonction publique...

    Et contrairement à l'engagement fait aux agent.e.s public.que.s par Emmanuel Macron dans le cadre de sa campagne présidentielle : “J’augmenterai votre pouvoir d’achat, comme celui des salariés des entreprises : vous paierez moins de cotisations et votre salaire net sera augmenté d’autant”, la hausse de la Csg se traduira au mieux par une simple compensation dans la Fonction publique, c'est à dire sans gain de pouvoir d'achat pour les agent.e.s !

    Ainsi, toutes ces mesures vont impacter fortement et négativement le pouvoir d'achat de plus de 5,4 millions d’agent.e.s public.que.s et fragilisent les services publics rendus aux usagers. C'est inacceptable.

    C'est totalement injuste pour les agent.e.s, et c'est totalement inefficace pour une Fonction publique de moins en moins attractive dans de nombreux secteurs. Ces mesures ne contribuent en rien à l'amélioration de la qualité des services publics. Services publics au sujet desquels nos organisations syndicales rappellent leur demande d’un débat de fond sur ses missions s’appuyant sur le bilan des réformes déjà engagées. Enfin, nos organisations rappellent leur attachement au code des pensions civiles et militaires et seront très vigilantes sur la future réforme des retraites annoncée pour l’ensemble des agent.e.s public.que.s.

    C'est pour faire entendre ces profonds désaccords que les organisations syndicales appellent toutes et tous les agent.e.s à la grève, aux manifestations ou rassemblements (selon des modalités définies par les différents secteurs) pour se mobiliser le mardi 10 octobre prochain, date choisie par le ministre pour la tenue d'un rendez-vous salarial.

    Elles exigent une véritable négociation salariale qui aboutisse à une réelle reconnaissance du travail, des missions et de l'engagement professionnel des agent.e.s par une augmentation du pouvoir d'achat et la revalorisation des carrières, le non rétablissement de la journée de carence et les moyens nécessaires pour permettre aux agent.e.s d'exercer leurs missions de services publics.

  • CSG : ni gain de pouvoir d’achat, ni compensation intégrale pour les agents publics !

    15 septembre, par paca

    Lors du premier groupe de travail du 13 septembre pour préparer la hausse de la CSG au 1er janvier 2018 pour les agents publics, un seul scénario a été présenté par le gouvernement, contrairement à ce qui était attendu. Pour l'UNSA, il n'est pas acceptable !

    En effet, il ne prévoit pas une hausse du pouvoir d'achat des agents publics et va donc à l'encontre des promesses du Président de la République et des propos du Premier Ministre.

    De plus, dans ce scénario, il s'agit simplement : • de supprimer la Contribution Exceptionnelle de Solidarité (CES) aux agents qui la payent (1%), ainsi que la cotisation salariale maladie et parfois assurance chômage pour les contractuels; • d'établir une indemnité compensatoire dégressive dont le montant pourrait être réduit lors de chaque augmentation de traitement, cette indemnité serait assise sur un dispositif annuel complexe qui ne prendrait pas en compte tous les éléments de la rémunération des agents et serait révocable. De surcroît, cette indemnité ne concernerait que les agents en poste avant le 1er janvier 2018, pas les nouveaux recrutés. En termes simples, à ce stade, les agents publics ne bénéficieraient d'aucun gain de pouvoir d'achat, ni d'une compensation intégrale de la hausse de la CSG.

    De plus, tous les nouveaux agents toucheraient une rémunération nette inférieure à celle de leurs collègues puisque assujettie à la CSG, sans indemnité compensatoire.

    Pour l'UNSA, même s'il ne s'agissait que d'une simple compensation de la CSG, elle devrait être intégrale et pérenne pour tous les agents publics, quel que soit le lieu et le moment où ils exercent. Le mécanisme de calcul doit être simple. A minima, aucun agent public ne doit voir son pouvoir d'achat diminuer.

    L'UNSA Fonction Publique estime qu'il est encore temps, pour Emmanuel Macron, de respecter sa promesse électorale : un gain de pouvoir d'achat pour tous les actifs y compris les agents publics.

    Luc Farré Secrétaire général de l'UNSA- Fonction publique

  • Les États généraux des services publics deviennent le Grand Forum de l’Action publique

    8 septembre, par paca

    La réunion du 7 septembre présidée par le ministre de l’Action et des Comptes publics devait étudier l’organisation d’une consultation et d’une concertation autour des services publics. Seul le principe d’un questionnaire, base d’une consultation internet à destination des agents, a été présenté. L’UNSA Fonction Publique s’est étonnée de l’absence d’un volet attendu sur l’évolution des missions de la Fonction publique en fonction des besoins de la population ou encore l’absence de questions sur la façon d’améliorer le service public.

    Le périmètre de cette consultation a été abordé. Il s’agira d’interroger les usagers et les agents publics sur l’action publique et non sur l’ensemble des services publics. L’UNSA note qu’une autre consultation nationale a déjà débuté, les « États généraux de l’alimentation ». Une troisième est prévue, « les États Généraux de la mobilité », qui devrait concerner l’ensemble des transports. Le gouvernement semble faire du principe de la consultation sur internet une méthode. L’UNSA sera très attentive à l’utilisation de leurs conclusions. Ces consultations ne doivent ni remplacer le dialogue social, ni se substituer aux débats politiques mais seulement constituer un élément des problématiques. Une prochaine réunion est prévue le 19 septembre.

  • Réactions de l’UNSA Ferroviaire aux propos de Macron sur la SNCF

    7 septembre, par paca

    Emmanuel Macron appelle la SNCF à une vaste transformation, en échange d’une reprise de sa dette par l’État, et confirme vouloir mettre fin à son régime spécial de retraite, dans un entretien au magazine interne de l’entreprise.

    Les propos du chef de l’État, publiés en juillet dernier mais relevés mercredi par le quotidien Le Monde, ont provoqué la colère de responsables syndicaux.

    C’est “une proposition malhonnête”, a déclaré à Reuters Roger Dillenseger, secrétaire général de l’UNSA ferroviaire.

    “Si vous voulez défendre votre entreprise, il faut la réinventer”, dit le chef de l’État dans cet entretien. “Je pense que le modèle sur lequel on a vécu, le mythe de la SNCF, n’est pas celui sur lequel on construira la SNCF du XXIe siècle.” Moderniser l’entreprise “impose quelques discours de vérité : côté public, sur les investissements, sur la reprise de la dette et, côté SNCF, sur la modernisation de l’entreprise”, poursuit Emmanuel Macron, en évoquant “un grand deal”. “Nous demandons à SNCF d’aller plus loin sur les réformes, le statut, la mobilité, le régime de retraite. La SNCF, elle, a besoin que nous allégions sa structure financière, que nous accompagnions la rénovation du réseau existant.” La dette de la SNCF dépasse 44 milliards d’euros.

    Emmanuel Macron exhorte dans le même temps la SNCF à devenir le “champion” de la concurrence. “Demain, j’attends de SNCF d’être un opérateur intégré, qui dira : ‘Je sais vous emmener en train, puis en car, puis vous louer un taxi ou une solution de covoiturage ou de vélo en ville, etc.’”, explique-t-il.

    L’Union européenne a fixé des dates limites pour l’ouverture à la concurrence : fin 2019 pour les lignes régionales et fin 2021 pour les lignes à grande vitesse.

    Le président confirme sa volonté de supprimer les régimes spéciaux dans le cadre de la réforme des retraites qu’il veut boucler l’an prochain pour une entrée en pleine application dans dix ans. Il serait selon lui “injuste” de maintenir en l’état le régime des cheminots, qui peuvent percevoir leur pension à partir de 57 ans, voire 52 ans pour les agents de conduite.

    C’est “une proposition malhonnête”, a déclaré à Reuters Roger Dillenseger, secrétaire général de l’UNSA ferroviaire. “Demander une contrepartie sur les aspects sociaux et les conditions de travail par rapport à un engagement de l’État sur la construction des TGV, ce n’est pas acceptable.”

    “Il y a plusieurs éléments qui sont en train de se conjuguer : les évolutions de la loi Travail, ce type d’annonces, les conditions sociales de l’ouverture à la concurrence. Tous ces éléments qui s’accumulent sont de nature à créer du mécontentement”, a-t-il ajouté.

  • Contrats aidés : par ici la sortie !

    7 septembre, par paca

    La rentrée 2017 aura été synonyme de sortie brutale pour des milliers de personnels en contrat aidé.

    
    
    

    La rentrée 2017 est faite. La froide diminution des contrats aidés a montré sa traduction humaine. La mesure décidée au cœur de l’été prive d’emploi des milliers de personnes et laisse à l’abandon une partie des missions qu’elles assuraient dans les écoles et les établissements.

    
    
    

    Le dispositif a été jugé couteux et inefficace par le gouvernement . Si cet argument est déjà discutable d’un point de vue économique, il est insupportable d’un point de vue humain. Le SE-Unsa, les communautés scolaires où des missions unanimement reconnues étaient accomplies et a fortiori les personnes concernées, précédemment rémunérées 600 € par mois et aujourd’hui au chômage, ne peuvent l’entendre et encore moins le partager.

    
    
    

    Dans le domaine de l’accompagnement des élèves en situation de handicap, le SE-Unsa estime que la montée en charge des emplois d’AESH* ne couvrira pas l’ensemble des besoins. Quant à l’aide administrative aux directeurs d’école, elle est vouée à la disparition.

    
    
    

    Le SE-Unsa demande au gouvernement d’accélérer encore le développement des AESH et d’engager immédiatement la construction de solutions pérennes pour l’aide administrative dans les écoles. C’est une urgence à la fois pour les personnes désormais sans travail et le bon fonctionnement des écoles et des établissements.

    
    
    

    Paris, le 6 septembre 2017 Stéphane Crochet Secrétaire général du SE-UNSA

  • L’UNSA exige un réel débat sur la Fonction publique et ses missions

    6 septembre, par paca

    L’UNSA Fonction Publique a répondu au ministre de l’Action et des comptes publics qui l’avait interrogée sur l’organisation d’Etats généraux de la Fonction publique ou des services publics prévus cet automne. Au-delà du titre choisi pour cette consultation, l’UNSA Fonction Publique souhaite que ces États Généraux soient une réussite. Ils ne doivent pas être un prétexte pour supprimer des postes mais bien être une occasion de débattre avec tous les acteurs et les usagers de la Fonction publique. Pour l’UNSA, les services publics et la Fonction publique sont une des richesses et des forces de notre pays. Les attentats, les incendies, la crise du fipronil ont démontré cet été leur rôle essentiel. La première réunion de lancement des concertations autour de l’organisation de ces Etats Généraux aura lieu le 7 septembre.

0 | 10

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose