Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > == Le Syndicat == > UNSA - UR PACA

UNSA - UR PACA

UNSA, UR, Provence, Alpes Côte d’Azur, syndicat autonome, syndicats autonomes, union des syndicats autonomes, créer un syndicat autonome, section syndicale, syndicat, autonome,

http://paca.unsa.org/

Articles

  • Unsa Mag n°188

    16 novembre, par paca

    188c4b4a.jpg

    http://mag.unsa.info/188/

  • Suicides dans la police nationale ; le ministre de l’Intérieur n’annonce rien de neuf

    16 novembre, par paca

    unsa_police_t.jpgCommuniqué de presse UNSA Police

    Alors que le nombre de suicides est très important et que le chiffre de 2016 a été dépassé depuis fin septembre 2017, le ministère de l’Intérieur, refusant d’ouvrir les yeux, malgré de multiples alertes, réchauffe des mesures déjà en place depuis 2014…

    La police nationale est dans cette situation car, notamment, les volets sociaux et humains ne sont pas à la hauteur de l’attente des policiers et de tous les agents du ministère de l’intérieur.

    Quand le ministère de l’Intérieur recrute des policiers, dont 80% sont originaires de province et affectés en région parisienne pendant 8 ans minimum, sans aucun accompagnement, ou presque, en termes de prestations de restauration et de transports collectifs, avec une politique du logement approximative et sans prise en charge de complémentaire santé, à l’inverse du privé, on comprend mieux pourquoi ce métier difficile, qu’est celui de policiers, en est arrivé à des problèmes de recrutement tels qu’avant l’été 2017, 400 postes prévus au recrutement de gardiens de la paix sont restés vacants !

    De plus, l’UNSA Police exige, dès maintenant, que le ministre de l’Intérieur règle ces 3 sujets primordiaux :

    => La mise en place de la circulaire européenne sur le temps de travail. Depuis Février 2017, le ministère de l’Intérieur est hors la loi. Aucune circulaire d’application n’a, à ce jour, été mise en place pour les policiers… => La fin de la politique du chiffre. Officiellement stoppée depuis 2012, cette pression des chiffres pèse plus que jamais sur tous les policiers. Cette politique, injuste et inefficace, est en complète contradiction avec les annonces du Président de la République sur la police de sécurité du quotidien. => L’ouverture du dossier sur les heures supplémentaires. Les policiers totalisent plus de 20 millions d’heures supplémentaires qui ne leurs sont pas payées et qu’ils ne peuvent pas récupérer, vu l’engagement opérationnel de la police nationale, en particulier depuis 2015.

    « Les mesures d’urgence précitées, de bon sens et portées par l’UNSA Police, doivent impérativement être mises en place, dans les délais les plus courts. »

    Philippe Capon, Secrétaire Général UNSA Police

  • Lancement de la concertation Apprentissage, le 10 novembre au ministère du Travail : la déclaration UNSA

    14 novembre, par paca

    apprentissage.pngL’UNSA est favorable au développement de l’apprentissage en complémentarité et non en concurrence de la voie de la formation professionnelle initiale sous statut scolaire.

    Nous souhaitons qu’à cette occasion, l’ensemble des voies de formation par alternance (apprentissage, contrat de professionnalisation, contrats aidés) puissent être remis à plat dans une logique de formation tout au long de la vie et dans un souci de simplification et de cohérence globale du système, afin de faciliter aussi les passerelles d’un statut et d’une voie à l’autre.

    Dans cette logique, nous revendiquons un contrat unique en alternance sécurisé qui prenne en compte les projets, les profils, les besoins des individus qui sont à géométrie variable, avec des mesures d’accompagnement personnalisé adaptées permettant de garantir la qualité et la réussite des parcours.

    Pour l’UNSA l’accompagnement des apprenants, à la fois en entreprise et en centre de formation, la bonne coordination des parties prenantes, est l’une des clés d’une insertion professionnelle de qualité.

    La problématique de la gouvernance nationale, régionale et territoriale est également à aborder en vue de la rendre plus opérationnelle et performante, au plus proche des bassins d’emplois, des besoins des salariés et des entreprises afin que l’orientation et la formation professionnelles soient plus accessibles aux actifs, quelques soient leurs statuts.

    La question du financement fait partie des sujets à aborder pour une simplification et une meilleure transparence des circuits. Il faut aussi envisager une harmonisation des coûts de formation par alternant, à un même niveau de diplôme et/ou de qualification sur un même métier.

    Pendant trop longtemps, l’apprentissage a été présenté comme une réponse à l’échec et aux diverses formes de rupture scolaire. Il faut impérativement changer cette image négative.

    Cela va imposer un travail commun d’ordre culturel entre les divers acteurs : entreprise, famille, jeunes, services d’orientation, établissements d’enseignement afin de valoriser la voie de la formation en alternance tout en la modernisant.

    Nous devons prendre en compte, en effet, l’ensemble des évolutions identifiées, tant au niveau de l’organisation du travail, des nouvelles formes d’activité professionnelle, des nouveaux métiers et qualifications qu’au plan technologique, numérique et environnemental.

    Les groupes de travail qui vont démarrer permettront certainement de balayer l’ensemble de ces problématiques. L’UNSA participera à ces groupes de travail et fera des propositions en ce sens, dans le cadre d’une réflexion globale de la formation tout au long de la vie.

  • Audition de l’UNSA par le Comité Action Publique 2022 : l’UNSA actrice du débat

    13 novembre, par paca

    logo-unsa-fp.pngUne délégation de l’UNSA conduite par Luc Bérille et Luc Farré a été auditionnée par le Comité Action Publique 2022, vendredi 10 novembre.

    Ce comité a pour mission de faire des propositions sur les missions et les comptes publics.

    L’UNSA a rappelé son attachement aux principes de l’Etat républicain et aux valeurs de la République, notamment la cohésion sociale, la solidarité, l’égal accès à un service public de qualité sur l’ensemble du territoire.

    Elle a insisté sur la qualité des services publics français enviés dans le monde, qui doivent continuer de s’appuyer sur des personnels qualifiés, formés, reconnus et bien rémunérés, en nombre suffisant, occupant des emplois de qualité avec des conditions d’exercice améliorées.

    L’UNSA a réaffirmé son attachement à une Fonction publique statutaire, au service des besoins de la population.

    L’UNSA a questionné la méthode de travail du comité, constatant qu’elle n’était pas fondée sur un diagnostic partagé de l’évaluation des politiques publiques des dernières années et a ouvert des pistes vers des politiques publiques plus ambitieuses.

    Pour en savoir plus : http://www.unsa-fp.org/?Audition-de-l-UNSA-par-le-Comite-Action-Publique-2022-l-UNSA-actrice-du-debat

  • Conseil commun de la Fonction publique : l’UNSA refuse le report de PPCR et une compensation à minima de la CSG pour les agents publics

    13 novembre, par paca

    logo-unsa-fp.pngLors du Conseil Commun de la Fonction Publique du 8 novembre, l’UNSA Fonction publique a voté contre le report d’un an de PPCR et contre le texte sur la CSG car celui-ci ne permettra ni un gain de pouvoir d’achat, ni la compensation intégrale sur la durée des 1,7% de hausse.

    L’UNSA Fonction publique avait décidé de participer au CCFP après avoir symboliquement boycotté la première réunion prévue afin de tenter de faire revenir le gouvernement sur sa décision de report de la mise en œuvre de PPCR et d’obtenir un dispositif de compensation de la hausse de la CSG, avec une hausse du pouvoir d’achat ou un dispositif le moins pénalisant possible pour les agents.

    Les amendements proposés par l’UNSA qui ont été retenus permettront d’éviter des injustices criantes qui n’auraient pu être corrigées. L’UNSA continue d’agir pour la défense des agents.

    Lire le communiqué de l’UNSA Fonction Publique : http://www.unsa-fp.org/?CCFP-le-gouvernement-choisit-une-baisse-du-pouvoir-d-achat-des-agents-publics

  • Congrès de l’UFIC UNSA : Amplifier notre développement dans l’industrie et la construction

    13 novembre, par paca

    industrie_t (1).jpgL’Union Fédérale UNSA de l’Industrie et de la Construction a tenu son 3ème congrès les 6,7 et 8 novembre, à Nantes.

    150 délégués se sont réunis pour travailler à l’élaboration des mandats de la fédération et débattre de sujets aussi importants que la réorganisation des instances représentatives du personnel, la place du dialogue social dans une démarche RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) et aussi l’impact du numérique sur la représentation du personnel.

    Luc Bérille, à la tête d’une délégation de l’UNSA, a été invité à prendre la parole devant les congressistes.

    La Fédération, qui fête ses 10 ans, affiche désormais plus de 10.000 adhérents répartis dans 1130 sections dans toute la France. Elle est représentative dans plus de 15 conventions collectives nationales et régionales des deux secteurs, telles que l’industrie du pétrole, l’industrie pharmaceutique, l’industrie du verre mécanique, les officines de pharmacie, les ouvriers des entreprises du bâtiment de moins de 10 salariés, etc.

    Guillaume Trichard, secrétaire général, a été reconduit dans ses fonctions pour un nouveau mandat avec une équipe féminisée et représentative des deux secteurs (construction et industrie).

    Cette équipe mettra en action la résolution générale intitulée « Amplifions ! » qui a été, elle aussi, approuvée à l’unanimité.

    Il s’agit d’une feuille de route visant à accélérer, avec méthode, les implantations de l’UNSA dans les secteurs de l’industrie et de la construction, pour contribuer fortement à la représentativité nationale interprofessionnelle de l’UNSA en 2021.

  • DECRET SUR LES MOYENS DU CSE : L’UNSA DEMANDE UN REEQUILIBRAGE

    31 octobre, par paca

    Alors que les ordonnances modifiant le code du travail ont été marquées par des arbitrages en défaveur des salariés, le décret concernant les moyens attribués au conseil social et économique (CSE), la nouvelle instance unique de représentation des personnels en entreprise, était très attendu.

    Le projet de décret fait apparaître les conséquences premières de ce choix : une réduction massive du nombre d'élus appelés à représenter les personnels. Moins de personnes dans un seul conseil pour effectuer le travail dont s'acquittaient séparément trois instances (CE, DP et CHSCT), moins de délégués pour autant de personnels à représenter d'où une difficulté accrue pour assurer une proximité avec ses mandants : quels moyens le projet de décret propose-t-il pour relever ce défi ?

    L'UNSA constate que les heures de délégation de ces élus moins nombreux seront globalement plutôt à la hausse. Mais il n'en est pas de même pour la tranche des entreprises allant de 200 à 899 salariés : leurs élus y seront non seulement moins nombreux, mais ils perdront des moyens.

    L'UNSA demande donc que le projet de décret soit rééquilibré. Les salariés des petites et moyennes entreprises ont droit, comme les autres, à être justement représentés.

  • Communiqué de presse des organisations syndicales de la fonction publique

    30 octobre, par paca

    Les agents de la fonction publique exigent d'être entendus par le gouvernement !

    L'ensemble des organisations syndicales de la fonction publique (CGT, CFDT, FO, UNSA, FSU, Solidaires, CFTC, CGC,FA FP), réuni le 26 octobre 2017 au siège de l'UNSA, constate que les réponses du gouvernement ne sont pas à la hauteur des attentes des agents publics exprimées notamment lors de la mobilisation du 10 octobre dernier en matière de pouvoir d'achat, de garantie des engagements pris et d'emploi public.

    Elles ont donc acté la poursuite de la mobilisation unitaire sur la base des revendications communes portées le 10 octobre dernier avec le large soutien des agents publics (dégel de la valeur du point d'indice, non rétablissement de la journée de carence ...).

    C'est pourquoi, si la position du gouvernement n'évolue pas favorablement à l'égard de ces revendications aucune organisation syndicale ne se rendra à la convocation de l'Assemblée Plénière du Conseil Commun Fonction Publique du 6 novembre présidée par le ministre.

    Les organisations syndicales appellent d'ores et déjà à un rassemblement militant le lundi 6 novembre devant Bercy à midi.

    Le principe d'une prochaine rencontre est déjà acté.

  • Rendez-vous salarial Fonction publique : zéro plus zéro, on est loin d’un gain de pouvoir d’achat

    17 octobre, par paca

    logo-unsa-fp.pngL’UNSA Fonction Publique sort déçue du premier rendez-vous salarial du quinquennat.

    Sur la CSG, elle constate qu’une partie des incertitudes est levée mais qu’il n’y aura pas de hausse du pouvoir d’achat pour les agents publics. Sur ce sujet, la promesse du Président de la République du 12 avril 2017 n’est pas tenue.

    Le dispositif mis en place compensera seulement la hausse de la CSG et couvrira tous les agents.

    Le dispositif devrait permettre d’éviter que les agents à temps partiel soient les grands perdants lors de leur reprise à temps plein. Les futurs recrutés toucheront eux aussi une indemnité. Celle-ci sera recalculée annuellement en 2018 et 2019. L’assiette prise en compte couvrira bien tous les revenus assujettis à la CSG. Mais, au final, les agents publics ne gagneront pas de pouvoir d’achat comme les autres actifs, contrairement aux promesses du Président de la République.

    L’UNSA déplore qu’en conséquence, sur la feuille de paye du mois de janvier 2018, la rémunération sera en baisse en raison des hausses de cotisations « retraite » des fonctionnaires.

    Concernant le protocole PPCR, le ministre a réaffirmé son application durant le quinquennat. Mais l’UNSA regrette vivement l’annonce d’un report du calendrier de mise en œuvre d’un an. Seule, une réunion supplémentaire sur les conséquences de cette annonce a été obtenue. Elle devrait avoir lieu avant le 6 novembre.

    Cette décision remet en cause la parole de l’Etat et fragilise les futures discussions. Surtout, elle ne reconnait pas les efforts demandés aux agents publics depuis 2011, date du premier gel de la valeur du point d’indice.

    Malgré la confirmation du maintien de la GIPA pour l’année 2017, ce rendez-vous salarial va se traduire par un recul pour l’ensemble des agents.

    A l’heure du Grand chantier sur l’action publique 2022, l’UNSA Fonction Publique rappelle qu’aucune réforme ne devrait se faire sans les agents publics. Les annonces d’aujourd’hui ne sont pas les signaux positifs que ceux-ci méritaient ni que l’UNSA attendait.

    Luc Farré Secrétaire Général de UNSA Fonction Publique

  • Loi "Form pro-apprentissage-assurance chômage" : ouverture de la concertation à l’Elysée

    17 octobre, par paca

    arton280-31d38.jpgLa concertation autour de la future loi "Formation professionnelle-apprentissage- assurance chômage" s’est ouverte la semaine dernière à l’Elysée où ont été reçus les dirigeants des organisations syndicales et patronales.

    L’UNSA, en la personne de Luc Bérille, secrétaire général, a été auditionné, le 13 octobre, par le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler.

    L’UNSA est évidemment favorable à tout dispositif susceptible de renforcer la sécurisation des parcours professionnels et l’insertion dans l’emploi.

    Concernant la formation professionnelle, qui devrait faire l’objet d’une négociation nationale interprofessionnelle entre les partenaires sociaux représentatifs dans ce trimestre, la priorité pour l’UNSA est au renforcement de l’accompagnement et du conseil afin que les droits deviennent effectifs pour chacun(e).

    En matière d’apprentissage, nous revendiquons la mise en place d’un contrat unique d’alternance sécurisé.

    Quant à la future assurance chômage, l’UNSA est favorable à son extension pour couvrir les aléas des changements de statuts travailleurs indépendants/salariés générés par la nouvelle économie.

    Pour autant, elle sera très vigilante pour éviter, et un changement de nature de l’assurance chômage qui en ferait un appendice d’Etat, et une extension inconsidérée qui pourrait aboutir à menacer à la fois la hauteur des prestations chômage et leur durée de versement.

    Affaire à suivre dès cette semaine avec une rencontre avec le Premier Ministre, prévue pour l’UNSA le 19 octobre.

0 | 10

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose