Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > == Le Syndicat == > Communiqués de presse > Le CAD-ST reste très inquiet sur la situation de STMicroelectronics à (...)

Le CAD-ST reste très inquiet sur la situation de STMicroelectronics à Crolles, après la dernière mobilisation de salariés de ce vendredi 27 octobre 2017 sur l’usine 200 mm qui n’a cependant pas affecté la production du site

jeudi 2 novembre 2017

Faisant suite à une série de mini débrayages réguliers la semaine dernière mais pour l’instant assez peu suivis sur les unités de fabrications en 200 mm et en 300 mm à STMicrolectronics Crolles, vendredi dernier a eu lieu un débrayage d’une heure, soit de 13h à 14h, suivi cette fois par environ 50 % des salariés permanents postés présents sur l’unité de fabrication en 200 mm.
À noter que de nouveau, ce court mouvement en fin de période horaire n’a eu aucun impact sur la production.

Dans le communiqué du vendredi 27 octobre 2017, que le CAD-ST finalisait alors même que se produisait ce mouvement, le CAD-ST faisait déjà part de ses inquiétudes. Vous pouvez retrouver ce communiqué de presse sur http://press.cad-st.org.

Le CAD-ST estime très significatif que le site de Crolles se soit mis en grève il y a deux ans de manière spontanée alors qu’aucun autre site de ST pourtant soumis à peu près à la même politique salariale ne l’avait fait. Mais suite à la dissuasion mise en place, c’est la lassitude qui a fait place à l’indignation à Crolles. Le CAD-ST estime donc que cela fait évoluer le risque de blocage de l’usine qui reste non-nul mais est relativement contrôlé, à un risque de perte de compétences et de difficultés de recrutement qui sont incontrôlable et auraient des effets fortement négatifs sur le long terme.

Tout aussi significatif du climat social à Crolles, la dissuasion vis-à-vis des grévistes se matérialise aux heures de déclenchement des débrayages par la présence aux badgeuses de trois personnes du management qui scrutent et notent bien les salariés qui sortent participer aux Assemblées Générales. C’est par exemple, le responsable de l’usine pendant la période (ou SHOM), un responsable des ressources humaines (ou CCRH) et un responsable d’équipe (ou SAMM) avec un effet dissuasif certain étant donné que certains salariés ont été vus rebrousser chemin.

Autre dispositif de dissuasion assez curieux et dont la justification n’est pour l’instant pas très claire, il aurait été indiqué aux salariés grévistes que 30 minutes supplémentaires allaient être retirées de leur salaire alors que les autres salariés se seraient vu offrir la demi-heure de 14h à 14h30.

Comme indiqué dans notre précédent communiqué et en espérant que cela fera quelque peu évoluer les choses, notre organisation reviendra régulièrement dans des communications à venir sur le climat social qui règne à Crolles, qui est unique dans STMicroelectronics et qui ne peut qu’aggraver la situation, avec des exemples plus ou moins amusants comme le cas "Minority Report à Crolles".

Contacts CAD-ST :

P.-S.

- "salariées permanents" = "salaries en CDI"

 Publicité

 Retrouvez-nous sur Twitter

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose