Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > News Centrales > Faire du syndicalisme autrement : être réellement apolitique

Faire du syndicalisme autrement : être réellement apolitique

vendredi 23 mai 2014, par Dr Lolo

Lors de la réunion du bureau national du Collectif du mercredi 21 mai 2014, a été prise une décision drastique pour marquer le caractère apolitique de notre organisation, le Collectif ou CAD-ST.

L’apolitisme est cette caractéristique que tous les syndicats revendiquent mais qu’aucune organisation nationale ne respecte. En tant qu’organisation d’entreprise, nous, nous pouvons réellement faire le nécessaire pour éviter ce mélange des genres, et nous l’avons fait !

Tout citoyen français est constitutionnellement libre d’adhérer ou être membre à la fois d’un parti politique et d’une organisation syndicale. Par contre, nous estimons qu’il ne peut pas être la "vitrine" des deux. Autrement dit comment "militer" pour deux organisations qui par nature sont indépendantes et du coup peuvent prendre des positions opposées.

Va donc être intégré dans les prochains statuts de notre organisation, la décision prise cette semaine qu’on ne peut pas être un "membre actif" (militants, responsables, élus, candidats, etc.) de notre organisation, le Collectif (CAD-ST), et être un "membre actif" (militants, responsables, élus, candidats, etc.) d’une organisation politique.
Le cumul des deux entrainant à terme la radiation de notre organisation.

Ceux-ci n’empêchant évidemment en rien d’être un "membre simple" de l’un, et un "membre actif" de l’autre,... ou inversement !
Car nul n’a à se prononcer sur vos choix personnels, du moment qu’ils n’interfèrent pas sur vos fonctions respectives dans ses organisations.

La loi est claire : l’article L. 2131-1 du Code du travail indique que l’objet exclusif des syndicats est "l’étude et la défense des droits ainsi que des intérêts matériels et moraux, tant collectifs qu’individuels, des personnes visées par leurs statuts". De nombreuses décisions judiciaires rappellent clairement que l’ajout du terme "exclusif" dans cet article est là pour interdire clairement aux syndicats la confusion des genres qui consiste à avoir en leur sein des activités de nature politique.

A titre d’exemple, la Cour de cassation a considéré qu’un tract conseillant un choix politique en faveur de certains partis est illégale du fait de l’article L. 2131-1 du Code du travail (Cassations sociales du 6 nov. 1974, N° 73-13.528 et 73-13.841).

Cependant de nombreuses études universitaires montrent que les organisations syndicales françaises sont en fait extrêmement liées aux parties politiques. Par exemple, en tapant les mots "syndicat" et "politique" sous google ont tombe immédiatement sur deux études universitaires très significatives et qui en plus resitue le problème dans le contexte historique comme "Activité politique et organisations syndicales" de l’université d’Amiens ou "Syndicats et partis politiques" de l’université de Lille 2. Et en cherchant plus longuement vous trouverez certainement des livres ou des articles sur le sujet qui font références.

Force est de constater que les organisations syndicales sont extrêmement politisées :
- la CGT est clairement historiquement liée au Partie Communiste ou au Front de Gauche. Elle a aussi officiellement appelé à voter PS lors du deuxième tour des précédentes élections présidentielles
- SUD (ou Solidaires) s’affiche clairement avec le NPA et le Front de Gauche
- la CFTC cache a peine son affinité pour la droite
- la CFE-CGC a clairement été beaucoup plus critique vis-à-vis du gouvernement actuel PS, censé être plus social et proche des syndicats, que vis-à-vis du précédent gouvernement UMP
- FO est une auberge espagnole des parties politiques avec à sa tête des trotskistes revendiqués et à sa base des militants de tout bords, y compris de droite qui n’hésitent pas à soutenir officiellement le maire de Droite à Marseille qu’ils ont fait adhérent d’honneur ("Les étonnantes connexions entre Jean-Claude Gaudin et FO") ou à s’allier dans la plupart des C.E.S.E.R. [1] avec le MEDEF (clairement à droite toute !) de France et de Navarre pour en prendre alternativement les présidences
- difficile aussi de ne pas remarquer que contrairement aux autres syndicats FO et la CFE-CGC ont refusé de se prononcer sur l’aspect républicain ou pas du Front National et de si ses valeurs étaient compatibles ou pas avec le syndicalisme
- et comment ne pas être choqué de voir à quel point l’UNSA et la CFDT suce la roue du gouvernement PS y compris sur des décisions pour lesquels ils critiquaient le précédent gouvernement UMP. Tout en rappelant systématiquement leur vigilance et en indiquant qu’ils restent très critiques (oui mais il ne suffit pas que de le dire !)

S’il y avait un doute il suffit d’examiner les listes des précédentes élections municipales où l’on retrouve quasiment dans chaque liste (y compris dans les petites communes) des militants connus de toutes les organisations syndicales qui permettent ainsi de facilement confirmer les tendances de chaque organisation syndicale telles qu’indiquées dans le précédent paragraphe.

On touche là le noeud du problème. En discutant récemment avec un collègue d’un autre site de taille importante dans ST, je l’ai rembarré en lui disant qu’il fallait qu’il arrête de me fatiguer avec la politisation des organisations syndicales que c’était peut être vraie en national mais très éloigné des préoccupations des militants dans les entreprises et sur les sites. Il m’a cloué le bec en me démontrant comment sur son site la plupart des membres importants de l’organisation syndicale majoritaire sont en fait militants, voire même élus, du Parti Socialiste (PS).

Vous seriez légitimes à nous dire, maintenant que vous avez taillé un costard à tous le monde, et vous ? Qu’est-ce que vous faites ?

Et bien si on a ici touché le noeud du problème, au Collectif (CAD-ST) on a aussi trouvé la solution pour être vraiment apolitique. Le problème de fond c’est que premièrement les salariés ne doivent pas être trompés en votant pour une organisation qui est sensé n’avoir que des préoccupation de défense du salarié mais qui sans le dire est la courroie de transmission d’un partie politique et deuxièmement comment accepter que quelqu’un puisse militer ou représenter à la fois pour une organisation syndicale et un partie politique qui sur certains sujets peuvent avoir des avis radicalement opposés. Cela implique de souvent faire un grand écart très hypocrite et démagogique.

Désormais ceci n’est pas possible au Collectif, et le CAD-ST est par conséquent la seule organisation qui puisse réellement garantir aux salariés d’être une organisation complétement apolitique.

Notes

[1Conseils Economiques, Sociaux et Environnementaux Régionaux

2 Messages

  • Sur ce coup là, vous êtes complétement à côté de la plaque !!!!

    Se battre contre la politique néfaste d’un gouvernement à l’encontre des salariés, c’est faire de la politique !
    Se battre contre la politique salariale d’une entreprise qui ne reconnait pas le travail, c’est faire de la politique !
    De même, accompagner la politique financière d’une entreprise contre l’emploi, c’est faire de la politique !
    Faire les gros bras devant la direction pour ensuite abonder dans son sens sous prétexte d’une conciliation, c’est participer à une politique de communication...

    Bref votre politique syndicale de la carotte apolitique dans le but d’attirer quelques salariés qui "ne veulent pas se mêler de ça parce que c’est trop compliqué" alors qu’ils sont dedans jusqu’au coup.... c’est pas top.
    Vous n’avez rien d’autre important à faire et décider ???

 Publicité

 Retrouvez-nous sur Twitter

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose